A la une
Recherche
  
Accueil >

L'histoire du Prieuré > le XVIIe siecle

>

Construction du Prieuré



1657-1671

 

La collaboration entre Jean Aubert et Honoré Lambert débuta le 2 Octobre 1657, avec la signature du devis de construction de la chapelle Notre-Dame de Victoire avec le maçon Raymond, et se terminera en 1671, à la mort de Honoré Lambert. 


 
Une photo récente du site, prise en parapente par Georges Flayols, montre l'intelligence du projet :

 

Plusieurs tableaux de l'époque nous font revivre ce site. Les nombreux détails dont on peut encore vérifier aujourd'hui l'authenticité (comme la forme du porche et du clocher de la chapelle, la forme de la brèche, la position relative de la chapelle, du bâtiment de vie des moines appelé " monastère " , de la citerne, de l'escalier descendant à la chapelle Venture, du "menhir" visible devant la chapelle) nous permettent de reconstituer, avec une bonne fiabilité, les parties manquantes aujourd'hui.

tableau - Bibliothèque Méjanes
tableau - Bibliothèque Méjanes
tableau de Meunier (1790?) - Bibliothèque nationale
tableau de Meunier (1790?) - Bibliothèque nationale
lavis de Constantin -18ème siècle
lavis de Constantin -18ème siècle
gravure imprimée à l'envers (!) dans l'Illustration du 5 Mai 1855
gravure imprimée à l'envers (!) dans l'Illustration du 5 Mai 1855

 

 Par rapport à ce qu'on connait aujourd'hui, on peut voir que :

  • le " monastère " (ancien bâtiment de vie des moines) comportait 5 fenêtres s'ouvrant sur l'esplanade. Les deux portes donnant sur l'esplanade étaient murées (comme on le constate sur tous les tableaux de l'époque), obligeant les moines à sortir de leurs cellules par les portes donnant à l'arrière, sur le "cloître",
  • Il existait un grenier en sous-pente : on en voit un fenestron sur la façade. Le conduit de cheminée se devine à l'avant du " monastère ", sur le tableau de Meunier,
  • l'escalier descendant à la cave du " monastère " démarrait sur l'esplanade, devant la cinquième fenêtre du monastère, et non sur le côté comme aujourd'hui,
  • des bâtiments existaient entre la chapelle et le " monastère " et étaient dotés d'une chambre au premier étage ! Ils devaient correspondre aux locaux mis à disposition des pèlerins et de la Confrérie Sainte-Victoire de Pertuis qui avait "acheté" à Jean Aubert une chambre et une écurie à côté de la sacristie !

On voit en particulier l'arche voûtée (à côté du Logis du Prieur). Cette arche voûtée constitue actuellement un petit oratoire.

Le bâtiment à étage est représenté sur ce tableau d'époque.

Dans les années 1900, on voyait encore les vestiges du porche de ce bâtiment : 

 

Une terrasse (avec son puits de lumière éclairant l'entrée de la chapelle Venture) recouvrait bien la fosse, avec un parapet en pierre au bord de la falaise.

Elle était recouverte de dalles en pierre tendre et permettait l'accès à la brèche, en recouvrant totalement la fosse.

L'escalier descendant à la chapelle Venture le long de la falaise ouest, était protégé par un muret en pierre.


On a retrouvé plusieurs dalles dans la grotte au milieu de la falaise ; d'autres ont été stockées dans la chapelle et dans la cave du " monastère ".
 
 
Seules quelques photos du début du 20ème siècle nous permettent de reconstituer les bâtiments de l'époque.On peut remarquer la continuité des constructions entre la chapelle et le " monastère " : on peut voir le toit en voûte de la chapelle et de la sacristie qui s'appuie sur des murs en moellons très importants.
Sur cette ancienne carte postale, on voit les restes de la sacristie voûtée prolongeant la chapelle
Sur cette ancienne carte postale, on voit les restes de la sacristie voûtée prolongeant la chapelle

 

Le mur du fond du " monastère " (d'un mètre d'épaisseur) supporte encore le démarrage de la voûte en moellon du toit.

 

Les caves, sous le " monastère ", avaient également des voûtes en pierre.

Retour en haut de page