A la une
Recherche
  
Accueil >

L'histoire du Prieuré  > Les fouilles archéologiques

>

Les fouilles archéologiques de 2006 à 2009, suite



Nous avons également creusé au pied de la falaise ouest pour retrouver l'escalier visible sur les gravures des XVIIe et XVIIIe siècle, qui descend nord-sud vers la fosse. Nous avons découvert une petite construction en pierre de forme oblongue. À quoi pouvait donc servir cette petite construction en haut de cet escalier du XVIIe siècle ?
Début du creusement pour retrouver l'ancien escalier, Marc Dufleid et Yves Richard
Début du creusement pour retrouver l'ancien escalier, Marc Dufleid et Yves Richard
Baudouin Roumens, Charly et Marie-Danièle Martini
Baudouin Roumens, Charly et Marie-Danièle Martini
La mystérieuse petite construction
La mystérieuse petite construction

Nous avons eu en 2009, la participation d'étudiants en archéologie. Nous gardons le souvenir d'une jeune canadienne, qui a fait un travail énorme, manipulant les blocs de pierres de Bibémus qui encombraient l'entrée de la grotte et du garagaï. Ce garagaï permettait aux moines de descendre vers les jardins en contrebas de la brèche. Ces blocs pesaient quelques fois 50 à 80 kg. 
Nous avons remonté 150 m3 de pierres et de terre. 
C'est alors que nous avons dégagé la grotte au pied de l'escalier, juste avant le passage dans le rocher (un garagaï). Nous pouvons voir le travail effectué sous la houlette de Jean Aubert. Le procédé employé pour creuser cette grotte est parfaitement maîtrisé. Les coups de barre à mine forment une voûte quasi parfaite, la poudre noire faisant éclater le rocher.

Juin 2009, Liliane Delattre dans la grotte encore encombrée. La lumière vient de la percée naturelle en falaise
Juin 2009, Liliane Delattre dans la grotte encore encombrée. La lumière vient de la percée naturelle en falaise
Jean-Jacques Bernard-Bret découpe un  gros rocher au marteau-piqueur
Jean-Jacques Bernard-Bret découpe un gros rocher au marteau-piqueur
2012, la grotte est dégagée. C'est une des deux grottes creusées par Jean Aubert pour y installer une chapelle
2012, la grotte est dégagée. C'est une des deux grottes creusées par Jean Aubert pour y installer une chapelle

Notre ami Paul Courbon, géomètre et passionné de spéléologie, a fait des relevés et dessiné ce plan où l'on peut voir les deux grottes.

Nous avons également fouillé sous le logis d'Elzéar. Dans les années 50 et 60, nos anciens avaient jeté là les gravats de ce champ de ruines qu'était alors le Prieuré ; par-dessus ce qui était sans doute l'intérieur de la chapelle Venture. Nous avons retrouvé l'escalier qui descend sous le logis, dans le sens est-ouest, vers la porte cintrée.
Avant les fouilles, il existait un passage sur terre ferme devant le logis d'Elzear
Avant les fouilles, il existait un passage sur terre ferme devant le logis d'Elzear


Juin 2007, Marc Dufleid participe au début des fouilles. On voit encore bien le passage étroit vers la brèche
Juin 2007, Marc Dufleid participe au début des fouilles. On voit encore bien le passage étroit vers la brèche
28 et 29 avril 2008 : fouilles sous le logis d’Elzéar
28 et 29 avril 2008 : fouilles sous le logis d’Elzéar
Idem
Idem
mai 2008 : escalier sous le logis d’Elzéar descendant vers la fosse, dans le sens est-ouest.
mai 2008 : escalier sous le logis d’Elzéar descendant vers la fosse, dans le sens est-ouest.
Vue actuelle des vestiges de la chapelle Venture, restaurée au XVIIe : porte cintrée, mur avec départ de voûte  et escalier.
Vue actuelle des vestiges de la chapelle Venture, restaurée au XVIIe : porte cintrée, mur avec départ de voûte et escalier.
Organisation des fouilles au Prieuré :

Service Régional de l'Archéologie Provence ‐ Alpes ‐ Côte d'Azur : Françoise TRIAL
   Responsable de l'opération : Liliane DELATTRE
Laboratoire d'Archéologie Médiévale Méditerranéenne ‐ Aix‐en‐Provence :
   Lucy VALLAURI, Ingénieur de recherche - céramologue ;
   Guergana GUIONOVA, Ingénieur d'étude ;
   Andréas HARTMANN‐VIRNICH, professeur à l'Université de Provence.

En dehors de ces périodes de fouilles officielles, nous avons travaillé au coin sud-ouest de la chapelle pour continuer la calade. Nous y avons découvert deux murs parallèles en pierres grossières, en arc de cercle, espacés d'environ 1,50 m. Là encore, il est difficile de dire ce qu'étaient ces murs.

Retour en haut de page