A la une
Recherche
  
Accueil >

L'histoire du Prieuré  > retour 

>

Les travaux de 2006 à 2009, suite



Le 16 avril 2008, un héliportage apporte les éléments de la passerelle (qui permettra maintenant d'accéder à la Brèche de Moines en toute sécurité), les caillebotis recouvrant l'escalier qui descend vers la fosse ainsi que tous les garde-corps qui entourent la fosse.
Le longeron descend, il est mis en place, directement sur la fosse, par les ouvriers. Bravo au pilote de l'hélicoptère et à ceux qui ont préparé ce travail ! Après quoi, il faut assembler tous les éléments qui protègent la fosse et l'escalier du XVIIe siècle. La fosse ainsi que la brèche  sont à présent bien sécurisées.
Héliportage...
Héliportage...
...  des premiers longerons
... des premiers longerons
Marc Dufleid à l'assemblage
Marc Dufleid à l'assemblage

• Sécurisation de l'intérieur de la fosse

Nos fouilles archéologiques entre 2006 et 2009 ont déstabilisé le terrain. De plus, les pluies accentuent le ravinement sous la porte plein cintre. Il est donc décidé dans un premier temps de positionner une poutre en béton sous cette porte et les murs qui la prolongent.
La poutre en béton sous la porte plein cintre
La poutre en béton sous la porte plein cintre
idem, autre vue
idem, autre vue
• La citerne

Elle avait été remise en eau par les Amis de Sainte-Victoire dans les années 50. Il faut finir de la débarrasser de .... ? Qu'y a-t-il donc là dedans ? Il faut d'abord la vider de son eau. Nous faisons tourner la pompe pendant plusieurs jeudis pour évacuer l'eau par dessus la Brèche des Moines, puis il faut détruire la margelle, ainsi que le socle en béton sur lequel elle repose, construits dans les premières années de l'Association.  Nous enlevons les pierres de Bibémus qui formaient un anneau autour de la margelle. Nous découvrons les racines du grand cèdre qui enserrent la citerne. Nous retrouvons les radicelles qui vont chercher l'eau dans la citerne, détériorant au passage son enduit.

Canalisation en pierre de Bibémus...
Canalisation en pierre de Bibémus...
... qui acheminent les eaux pluviales vers la citerne
... qui acheminent les eaux pluviales vers la citerne

Sauveur Mamo au marteau-piqueur...
Sauveur Mamo au marteau-piqueur...
... et Jean-Louis Fontaine détruisent la margelle et le socle de la citerne
... et Jean-Louis Fontaine détruisent la margelle et le socle de la citerne

Un jour, nous avons la visite de la Légion étrangère en manœuvre. Curieux spectacle de voir ces hommes, qui travaillent avec leur arme au côté, au milieu de nos big-bags et gravats en tous genres.
Nous installons dans la citerne un échafaudage à plusieurs étages, adapté à l'évacuation des pierres, terre, bouteilles, etc. qui encombrent la citerne.
Nous avons travaillé plusieurs mois pour sortir environ 17 m3 de pierres, de terre, de bouteilles en verre et en plastique, de seaux, de lampes électriques, de couteaux, de fourchettes.
Sauveur Mamo descend dans la citerne
Sauveur Mamo descend dans la citerne
Une petite partie des trouvailles récupérées dans la citerne
Une petite partie des trouvailles récupérées dans la citerne
Le 24 juillet 2008, alors que nous remontons ce bric-à-brac, nous trouvons une bouteille contenant du vin rosé, bouchée par une capsule en plastique transparent comme il y a 30 ans. Des courageux ont goûté ce « nectar ». Mouais... la bouteille n'a pas été finie. Quand nous ressortons de la citerne, nous sommes à chaque fois, boueux, crottés.

Sur les parois de la citerne, nous découvrons plusieurs inscriptions :

• à mi-hauteur : "Gamadéri Raoul - Juillet octobre 1924 - Maçon"  et en face « 1831 »
• au fond, d'autres inscriptions "octobre"
• et d'autres, difficilement déchiffrables.

Ces inscriptions nous montrent que des travaux d’entretien ont été entrepris au XIXe et au XXe siècle
Ces inscriptions nous montrent que des travaux d’entretien ont été entrepris au XIXe et au XXe siècle

Arrivés au fond de la citerne, nous découvrons qu'il est parfaitement cimenté.
Fin octobre 2008, nous pouvons remettre la citerne en eau. C'est précisément ce jour-là qu'il se met à pleuvoir. L'eau tombe... à pic.
Mais ce n'est pas fini, l'entreprise AMAK doit encore construire une nouvelle margelle. Il faut en outre installer l'alimentation électrique de la pompe immergée, plus un couvercle sur la citerne.
Après quoi, dernière opération, nous mettons en place un anneau en pierres autour de la margelle. Ces pierres ont la couleur et la texture des pierres de Bibémus, mais proviennent d'une carrière du Gard. Elles reposent sur un lit de béton à la chaux.
Un anneau de béton à la chaux enserre la margelle.
Un anneau de béton à la chaux enserre la margelle.
L’anneau de pierres est en place. Marc Dufleid, Jean-Paul Michel et Sauveur Mamo peaufinent les finitions.
L’anneau de pierres est en place. Marc Dufleid, Jean-Paul Michel et Sauveur Mamo peaufinent les finitions.
L’équipe vainqueur : Y. Richard, J-J Bernard Bret, R. Limacher, M. Dufleid, G. Gautier, S. Mamo, G. Barbaize, F. Moze
L’équipe vainqueur : Y. Richard, J-J Bernard Bret, R. Limacher, M. Dufleid, G. Gautier, S. Mamo, G. Barbaize, F. Moze

L'esplanade se trouve recouverte de big-bags pleins de gravats, bouteilles, tessons, ferrailles. Plusieurs héliportages sont nécessaires pour évacuer ces déchets.

Fin novembre 2008, nous pouvons rouvrir le prieuré aux randonneurs

Dans l'ensemble, l'entente a été bonne avec les entreprises. Marc Dufleid reconnaît lui-même qu'en activité, il n'aurait jamais accepté de travailler avec des bénévoles, mais il a su mener cette entreprise de main de maître. Les subventions que nous avons obtenues et notre travail de bénévoles ont contribué à 44 % du montant total des travaux.

Le 29 mai 2009, nous pouvons organiser l'inauguration de ce Prieuré rénové. Les élus locaux sont nombreux, sont également présents le Grand Site Sainte-Victoire, Xavier Boutin, l'architecte qui a dirigé les travaux et les ouvriers des entreprises qui ont participé à ces travaux.
Le 29 mai 2009, inauguration après les travaux de rénovation du Prieuré.
Le 29 mai 2009, inauguration après les travaux de rénovation du Prieuré.

Mais ce n'est pas encore fini, il nous faut achever ce vaste projet : nous rehaussons le mur nord, préparons l'installation des toilettes sèches, construisons un blindage dans l'aven, etc. 
Retour en haut de page